calculs d’âges

Au fur et à mesure des recherches dans les actes d’état-civil ou dans les actes religieux (baptêmes, mariages, décès), on découvre de très probables erreurs dans l’estimation de l’âge des personnes. Le premier exemple lors de mes recherches vint de l’acte de décès de mon ancêtre Georges DREY : le 17 mai 1800, à l’âge de 94 ans. Par calcul strict, il serait donc né entre le 18 mai 1705 et le 17 mai 1706. Aucune trace de sa naissance n’a été trouvée dans ce créneau. Par contre, on trouve un acte de baptême de Jean Georges DREY fils de Martin DREY (TREU) et de Madeleine KARG (KARCH) en mars 1712. La première épouse de Martin, Ursula GRAD, mariée en janvier 1700, est décédée en janvier 1706 ; Martin s’est remarié avec Madeleine KARCH en février 1711.

Des hypothèses concernant l’erreur d’âge à la mort de Georges : entre 1712 et 1800 il y a eu le changement de calendrier, du grégorien au républicain, ce qui a pu engendrer pour des agents des municipalités des problèmes de calcul. Une autre possibilité, c’est que à cette époque on ne fêtait pas systématiquement les anniversaires, et la date de naissance supposée de 1706 correspondait à l’année de décès de la première épouse, décès qui était peut-être du à une grossesse fatale et à l’espoir déçu de la naissance d’un petit Georges.

Par la suite, d’autres erreurs d’âges, repérées elles aussi grâce au recoupement de divers actes, ont été corrigées dans mon arbre généalogique. C’était parfois une erreur de calcul, ou une erreur de lecture ou de recopiage d’une date dans un document pas toujours très lisible.

retour

Après des mois d’absence sur ce blog, il est temps de reprendre. Il y a eu plusieurs événements depuis le précédent article. D’abord la transition entre la vie professionnelle et la vie de retraité, cela prend du temps et, paraît-il, de l’énergie. Pourtant la généalogie n’a pas été à l’abandon dans cette période de transition, de nouveaux cousins se sont manifesté, directement ou par le truchement de geneanet.org ou de ancestry.fr ; une intéressante exposition de clubs de généalogie à Seltz a été organisée il y a quelques mois. J’ai aussi beaucoup travaillé avec le « Livre des familles de Niederlauterbach », qui m’a permis de découvrir une véritable tribu (!) en cherchant les descendants des 32 ancêtres de mon père Casimir. Reste à faire le même travail du côté maternel, ce sera plus facile quand les archives de la Moselle seront en ligne. La lecture des anciens actes est un travail ardu, mais en « remettant vingt fois sur le métier notre ouvrage » on déchiffre petit à petit. Alors, continuons !